Actualités WordPress, CSS & Webdesign, OceanWP & Elementor.

Traduire votre site WordPress peut se révéler très délicat tant les solutions proposées sont parfois complexes (comme WPML), TranslatePress ouvre une autre voie plus simple avec un mode de traduction totalement direct sans doublons de contenu, un régal !

Utilisateur régulier de WPML et Polylang j’ai découvert TranslatePress avec surprise car mes habitudes de traduction ont été totalement revues. Fini les doublons de pages, d’articles ou de bricolage de menu et widgets. Fini la synchronisation des contenus, les longs tableaux de chaînes de traduction, TranslatePress vous invite à traduire le contenu de votre site WordPress directement sans vous préoccuper du reste.

Une intégration presque transparente

Dès l’installation et l’activation de l’extension vous trouverez une seule page de réglages avec 6 onglets. Les réglages de base vous permettent de décider :

  • D’ajouter les langues du site
  • Comment sont affiché les noms des langues dans les menus (locale ou internationale – Anglais)
  • Comment vous souhaitez ajouter le sous-répertoire à l’URL de la langue par défaut
  • Si vous souhaitez forcer les liens personnalisés sans codage de langue pour garder la langue actuellement sélectionnée
  • Comment sont affiché les différents menus (code-court, sélecteur de langue et menu flottant)

Une fois ces réglages terminé vous n’avez plus qu’à traduire votre site en entier. Les termes récurrents seront traduit à partir d’une seule traduction. Notez bien que tout ce qui est déjà traduit dans le thème ou les extensions peut être oublié ou modifié si vous le souhaitez.

TranslatePress mise sur ses modules Premium

La démarche commerciale de l’extension est basée sur les modules Premium pour :

  • Prendre en charge du SEO pour l’identifiant d’URL de la page, le titre de page, la description et les informations de graphique social Facebook et Twitter.
    Donner un attribut HTML lang correctement défini.
  • Ajouter autant de langues que nécessaire pour que votre projet se mondialise et ne publier votre langue uniquement que lorsque toutes vos traductions sont terminées.
  • Utiliser la traduction automatique de votre site Web via l’API DeepL.
  • Rediriger automatiquement les nouveaux visiteurs vers leur langue préférée en fonction des réglages du navigateur ou de l’adresse IP, et mémoriser la dernière langue visitée.
  • Naviguer sur votre site comme le ferait un rôle d’utilisateur particulier. C’est utile pour le contenu dynamique ou masqué qui apparaît pour des utilisateurs particuliers.
  • Configurer différents éléments de menus par langue.

On voit que certaines fonction importantes ne sont pas disponibles sur la version gratuite, c’est un peu dommage mais TranslatePress conviendra à des projets de sites simple à moyen, au delà et pour du e-commerce avec beaucoup de produits les solutions comme WPML restent préférables (mais plus coûteuses aussi).

Quelques lourdeurs dans la saisie des traductions

Tout n’est pas parfait comme on vient de le voir et l’interface de traduction soufre de quelques problèmes. La traduction d’une liste à puces ne peut s’effectuer que ligne par ligne et non pour toute la liste (pas bon). Une option d’édition globale peut apparaître si TranslatePress repère la balise englobante et vous affiche alors toute la structure HTML repérée, cela qui peut se révéler pratique… si on connais le HTML, sinon à oublier.

La traduction automatique basée sur Google à éviter

Vous pouvez activer la traduction automatique via Google Traduction, cette solution est très imparfaite et je ne la recommande pas. Notez qu’elle reste limitée à 500 000 caractères dans la version gratuite.

Le Graal de la traduction automatique n’a toujours pas été atteint, même si les moteurs comme DeepL sont globalement performants il reste toujours des faiblesses qui rendent vos pages incompréhensibles dans certaines traductions. Vous devez donc rester conscient de ces limitations selon le contenu de votre site. Ça marche bien avec des contenus basiques utilisant des termes et tournures classiques, à éviter sur un site parlant de technique où de domaines médicaux par exemple.

Vous pourrez toujours ajouter des termes au moteur mais les règles linguistiques sont toujours difficiles à apprécier sur un moteur automatique.

TranslatePress impacte modérément la vitesse du site

Comparé au célèbre WPML, TranslatePress est une fusée en terme de performances, ce n’est pas compliqué tant le dinosaure de la traduction WordPress est devenu omnipotent avec ça kyrielle de modules annexes. Le poids de votre base de données reste contenu avec TranslatePress, son impact est donc bien plus réduit qu’avec les solutions traditionnelles. C’est aussi dû à certaines limitations de l’extension c’est vrai.

WPML, Polylang et consorts prennent un coup de vieux

En conclusion on peut dire que TranslatePress dépoussière sérieusement la gestion d’un site WordPress multilingue. Il sera certainement plus facile à appréhender pour les néophytes et les utilisateurs occasionnels. Il reste à pondérer tout ça car en l’état certains points sont manquant dans la version gratuite et ils la pénalise si on ne veut pas passer sur la version Premium. Polylang à ce titre reste à mes yeux la meilleure solution si on veut exploiter toutes les ressources du WordPress (SEO, navigation…). Polylang bénéficie en effet de plusieurs extensions tierces qui lui donne plus de puissance comparé à TranslatePress.

A essayer sans retenue !

Sources : TranslatePress, Polylang, WPML, WeGlot, test de vitesse, Pascal Cescato

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu