Actualités WordPress, CSS & Webdesign, OceanWP & Elementor.

Après plusieurs reports durant le mois de novembre la nouvelle version du CMS WordPress 5.0 est arrivée ce jeudi 6 décembre 2018, enfin !

Ce pas dans une sortie accompagnée de sérénité qui met au jour cette version. En effet plusieurs reports indiquent que cette version qui marque un tournant dans la vie du CMS n’est pas exempte de problèmes. Le premier c’est le support du nouvel éditeur Gutenberg par une large partie des thèmes et extensions en activité dans la communauté. Loin de là je dirais, je note une certaine « panique » qui règne dans chez les éditeurs d’extension, on va sans doute assister à quelques gros plantages en cette fin d’année. La faute en revient une certaine précipitation dans la fin du développement de WordPress v5.0, de très nombreux problèmes ont impacté le déroulement du calendrier de développement et lors de sa sortie il existe encore plus de 1000 bugs répertoriés dont plus de 130 sérieux.

Un démarrage avec quelques ratés

Je rédige cet article depuis le nouvel éditeur Gutenberg, bien que son apparence me mette dans un trouble manifeste (je ne retrouve plus rien) la clarté à nettement gagné l’écran pour le rédacteur et ça c’est un plus. Si aujourd’hui une grande partie des extensions WordPress n’a pas encore été optimisée les plus populaires sont déjà bien supportées et c’est l’essentiel pour beaucoup de site simple ou dédié au blogging. Attention au domaine des constructeur de pages, Divi et Visual Composer semblent souffrir dans cette nouvelle version.

Je note qu’ACF, WPML ou FacetWP sont aussi dans la liste des résistants à Gutenberg (ACF vient de recevoir une mise à jour à l’instant). C’est sur Woocommerce qu’il est préférable de reporter cette mise à jour WP à quelque jours (2 semaines je pense) le temps que la plus grande partie des innombrables extensions soient à jour et fonctionnelles, ne mettez pas en danger votre boutique pour Gutenberg ça n’en vaut pas le coup.

Gutenberg le bien nommé est-t-il si efficace que ça ?

Le premier pas pour le rédacteur c’est de basculer de l’ancien éditeur TinyMCE (encore présent si du contenu est déjà saisi), qui coexiste dans un module spécifique, vers le module Paragraphe de Gutenberg. La structuration sous forme de modules indépendants est déroutante au départ mais on apprécie assez vite ce principe. Ainsi chaque paragraphe peut être manipulé, déplacé, personnalisé.

Une chose est évidente après quelques longues minutes, cet éditeur fait la part belle au contenu là où TinyMCE restait en retrait et devenait rapidement frustrant pour le rédacteur. Ici on est dans un univers bien plus puissant, personnalisable, qui permet de créer des contenus plus hétérogène sans extensions supplémentaire.

De manière générale il est bien plus simple d’intégrer du contenu média par simple glissé/déposé, plus besoin de passer par la bibliothèque des médias, c’est très pratique. L’ergonomie globale est bonne mais certains points sont encore perfectibles, si vous déposez une image dans le plan de travail la ligne d’insertion est vraiment trop réduite pour apprécier le placement.

Avec les 18 widgets disponibles de base on peut déjà faire pas mal de choses et les extensions tierces sont déjà très nombreuses pour ajouter des contenus tel que les réseaux sociaux, diaporamas, formulaires, blocs de présentation, évènements, carte Google, etc.

Changer nos habitudes sera le plus difficile, mais ça en vaut la peine pour bénéficier d’un véritable outil de publication moderne.

Dans cet environnement il est notable que la présence de raccourcis claviers est bienvenu, ainsi le mode brut (texte html) s’obtient avec cmd + alt + shift + M, pas simple mais efficace.

Consultez l’excellent article consacré à Gutenberg par Johanne Alcidi de WP Formation, même si il date de plusieurs mois il fait un tour complet de l’éditeur que je ne vais pas répéter ici.

En conclusion, Gutenberg est la première pierre du futur de WordPress

Avec des concurrents comme Wix l’équipe d’Automattic à bien compris que WordPress avait pris quelques rides, les plus réfractaires seront sans doute les vieux routiers des bogs WP qui voient dans Gutenberg un bidule sans réel intérêt, c’est un vision déformée à mon avis. Comme tout domaines de la communication les outils doivent permettre de s’approprier facilement ce qui est utilisé au quotidien et les images, liens sociaux, présentations sont devenus des fondamentaux aujourd’hui, TinyMCE reste un très bon outil de rédaction mais peu en phase des pratiques actuelles.

Il n’y a qu’à voir la progression des constructeurs de page pour s’en convaincre, WordPress avait besoin d’un vrai outil d’édition moderne et Gutenberg propose de bonnes bases, à améliorer certainement, mais l’essentiel et là, à vous de l’apprivoiser.

Sources : Arobasenet.com, WordPress.org, SEO by Yoast, WPFormation

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.