Voilà une solution en ligne qui vaut le coup d’un véritable essai. A l’instar de leurs concurrents américains (Wix, Squarespace…) l’équipe de Pikock à mis au point une solution en ligne très ergonomique.

Le marché du CMS en ligne est en plein boom, à l’origine laborieux et très limité il devient mature avec des interfaces dynamiques très pratiques. Réaliser un site en quelques clics est possible, la personnalisation reste limitée et si vous voyez souvent de très beaux sites pour présenter ces solutions ils ont été conçus par de vrais webdesigners et pas monsieur tout le monde.

L'interface de Pikock J’ai testé ce que propose Pikock et c’est très abouti, on peut trouver les possibilités en modules encore un peu limités, ce qui me paraît essentiel c’est l’ergonomie mise en œuvre, je la trouve très bonne, intuitive, simple à décrypter, bref c’est tout bon.

Basé sur le framework BootStrap le responsif est à l’honneur, la jeune société s’active de plus sur la gestion dynamique du design et du contenu avec BootStrap Magic qui s’appuie sur AngularJS le framework JavaScript qui étend le HTML pour le rendre dynamique, et permet de développer ses propres balises et attributs HTML.

Les offres d’abonnement sont simples :

  • One page pour 2 € par mois
  • Site complet pour 20 € par mois

L’ensemble des fonctions permet de toucher aux 4 grandes zones du site :

  • Bandeau supérieur
  • Menu
  • Contenu central
  • Pied de page

On retrouve les classiques visuels pleine largeur (1280 px minimum), la balise vidéo (ou audio), l’intégration du script Google Analytic pour afficher dans l’administration les statistiques. Avec près de 100 blocs de composition pré-établis, basés sur les besoins de base d’un site, vous avez sous la main de quoi construire rapidement vos pages. On trouve rarement cette richesse chez les concurrents. Je vous laisse découvrir les différents modules lors de votre test (gratuit).

La partie Blog n’est pas oubliée, certes minimaliste elle permet néanmoins de proposer un vrai espace d’actualité avec la gestion des tags (à défaut de vraies catégories), elle permet :

  • de déterminer le nombre d’articles à afficher (dans l’ordre chronologique)
  • de filtrer les articles en fonction de certains Tags (pour catégoriser les articles)
  • d’afficher ou non les boutons de partages sociaux
  • d’activer les commentaires (fonctionne avec Disqus)
  • d’afficher ou non un lien vers tous les articles

Vous bénéficiez de 30 jours pour vous faire une idée du principe, c’est une expérience à faire si vous utilisez actuellement une solution comme Rapidweaver ou similaire.

Financièrement, pour un site de plusieurs pages cela me semble cher face à un WordPress hébergé chez OVH par exemple, mais Pikock met en avant un point devenu très important : la sécurité. La maintenabilité d’un CMS est devenue le point névralgique pour pérenniser votre site web, si vous n’y comprenez rien il faut qu’un tiers s’en occupe et cela a un coût qu’il convient de prendre en compte.

Quelques aperçus de l’interface de Pikock en action :

Sources : Maddyness.com, Pikock, Synbioz.com,

Laisser un commentaire