Actualités WordPress, CSS & Webdesign, OceanWP & Elementor.

Firefox à vu sa part de marché ne pas cesser de chuter ces derniers mois.

Le navigateur le plus symbolique de la guerre entre Microsoft Internet Explorer et le monde du web est malade.

Firefox V23 Avec l’essor irréversible des terminaux mobiles (tablettes & smartphones) et l’hégémonie montante des navigateurs présents par défaut sur ces terminaux : Safari, et dans une moindre mesure Chrome, ce dernier à pris la part du lion sur les PC sous Windows, il a détrôné Explorer l’an dernier, qui perd toujours des parts de marché, Microsoft compte sur la dernière version 11 pour améliorer sa présence au travers de son OS mobile.

Firefox à vieilli, il souffre de sa position d’ancien, supportant nombre d’extensions pas toujours optimisées, sa lenteur le précède lorsque l’on parle de navigateur web. C’est pourtant ce navigateur que j’utilise au quotidien car effectivement les extensions de production pour le web sont excellentes (Firebug + Web developper tools).

La fondation Mozilla à annoncé des nouveautés et des développement en cours, un nouvel encodeur pour améliorer la compression JPG afin d’alléger le trafic, la gestion des comptes Firefox à amélioré sa synchronisation avec les terminaux mobiles.

Mais la prochaine grande étape consiste surtout dans le développement du système Firefox pour smartphone et tablette, la fondation compte sur ce système pour retrouver de la visibilité sur le marché des terminaux mobiles car ce sera l’essentiel des usages dans quelques années (le marché des terminaux mobiles est devenu supérieur en volume à celui des PC en 2013).

Parts de marché des navigateurs en France en décembre 2013 (source JDN)

  1. Chrome 30,68 % (25,97 % en 2012)
  2. Safari 20,37 % (15,74 % en 2012)
  3. Firefox 19,56 % (23,15 % en 2012)
  4. Explorer 16,85 % (28,34 % en 2012)
  5. Androïd 6,84 % (4,49 % en 2012)

On peut noter que les utilisateurs d’Androïd ne surfent toujours pas beaucoup avec leur smartphone ou tablette, et on peut voir qu’Explorer à perdu en une année près de 40 % de sa part de marché, j’attribue en grande partie cette dépréciation de IE à la montée en charge des normes HTML5 et CSS3 peu ou mal reconnues sur ce navigateur dans les versions 8, 9 et 10.

Sources : Macg.coJournal du NetClubic.netNuméramaO1Net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu